fbpx
Pharmacie

Baromètre financier 2022 : Analyse de l’évolution de l’activité, de la rentabilité et des prix d’acquisition des pharmacies en Auvergne-Rhône-Alpes

Pierre Ribac

Pierre RIBAC, expert-comptable du cabinet Extencia Rhône-Alpes et membre de CGP, analyse l’évolution de l’activité, de la rentabilité et des prix d’acquisition des pharmacies en région Auvergne-Rhône-Alpes.

La zone géographique étudiée comprend 192 officines, dont 91 en zone urbaine et 45 en zone rurale. Parmi ces 192 officines, 104 ont un chiffre d’affaires hors taxes compris entre 1 et 2 millions d’euros et 23 ont un chiffre d’affaires hors taxes inférieur à 1 million d’euros.

En ce qui concerne l’acquisition et le financement, en 2021, le prix d’achat moyen est de 1 240 000 euros et l’apport personnel est de 17%. Le multiple de l’EBE (résultat d’exploitation avant intérêts, impôts et amortissements) est de 6,9. En 2020, le prix d’achat moyen était de 1 172 000 euros et l’apport personnel était de 19%. Le multiple de l’EBE était de 6,7.

En termes de rentabilité, en 2021, l’EBE s’élève à 230 200 euros, soit 12,7% du chiffre d’affaires hors taxes. En 2020, l’EBE était de 215 700 euros, soit 12,48% du chiffre d’affaires hors taxes. Il y a donc une augmentation de 14 500 euros ou 6,71% par rapport à l’année précédente.

Enfin, en 2021, le taux d’endettement (dettes financières/chiffre d’affaires hors taxes) est de 21,89%, en baisse par rapport à 2020 où il était de 25,41%.

Analyse de l’évolution du chiffre d’affaires des pharmacies en Auvergne-Rhône-Alpes

L’année 2021 enregistre une évolution de l’activité de +4,86 %. Toutes les catégories progressent quelle que soit leur situation géographique ou leur taille. L’activité du dernier trimestre 2021 a été soutenue par le développement des services notamment de vaccination et de dépistage.

Comme les années précédentes, nous observons de fortes disparités. Les officines dont le CA HT est inférieur à 1 500 000 euros constatent une évolution d’activité plus modérée. 

Le chiffre d’affaires tient compte des honoraires, dont la part ne cesse de s’accroître. Il existe une grande disparité entre les officines : celles qui réalisent moins de 1,5 M€ de CA ont vu leur niveau d’activité augmenter de 1,68 % alors que celles dont le CA est supérieur à 1,5 M€ ont progressé de 6,73 %. Ces chiffres rendent compte de la difficulté pour mettre en place les nouvelles missions, faute de locaux adaptés et de main d’œuvre suffisante. Nous devons être d’autant plus vigilants avec ces officines et les accompagner dans leur restructuration.

Les tendances actuelles de l’acquisition et du financement des pharmacies en région Auvergne-Rhône-Alpes

Nous constatons un accroissement du nombre de transactions par rapport à 2020. À mettre en corrélation avec la correction progressive à la baisse des prix de cession et le maintien des taux d’intérêts au plus bas.

La détermination du prix de cession en fonction d’un multiple de l’EBE retraité permet d’appréhender la valeur économique de l’officine. Cet agrégat économique deviendra de plus en plus pertinent au vu du développement de la rémunération aux honoraires et compte tenu du mécanisme de la marge dégressive lissée (MDL).

Il existe une disparité dans les prix de cession des officines réalisant un chiffre d’affaires HT inférieur à 1 M€ représente 58 % de ce dernier, alors qu’il s’établit à 91 % pour les officines de plus 2 M €. L’apport personnel de l’acquéreur est quant à lui resté stable, il représente 17 % du prix de vente.

une évolution de l’ebe

Nous relevons une évolution de l’EBE moyen de 14 500 euros mais avec des disparités d’une officine à l’autre.

L’évolution de la marge brute globale (+31 800 €) a fait plus que couvrir l’évolution des charges externes (+2 800 €) et des frais de personnel (+13 300 euros). Les TAG ont contribué à hauteur de près de 26 000 euros à l’évolution de l’EBE. 

Enfin, et toujours de façon plus inquiétante, les officines dont le CA HT est inférieur à 1,5 M€ enregistrent un nouveau léger recul de leur EBE.

Analyse du taux d’endettement des pharmacies en Auvergne-Rhône-Alpes

La baisse du taux d’endettement des officines se confirme. Le désendettement de l’échantillon est accéléré par la baisse des taux d’intérêts et ce, malgré le renouvellement des titulaires.

 

 

Articles connexes

Analyse des cessions de pharmacies en Rhône-Alpes en 2021 : tendances et facteurs clés de valorisation
18 janvier 2023
L'amortissement temporaire des fonds commerciaux
12 janvier 2023
Acquisition / cession d'une officine de pharmacie
16 octobre 2020