fbpx
Fiscal

Comment préparer sa liasse fiscale ?

Stéphane Torregrosa

La liasse fiscale est un ensemble de documents que les entreprises doivent transmettre à l’administration fiscale chaque année. Elle contient les informations relatives à la situation financière et comptable de l’entreprise, ainsi que le calcul de son impôt sur les bénéfices.

Elle est composée de plusieurs formulaires, dont le nombre et le contenu varient selon le régime d’imposition de l’entreprise (réel normal, réel simplifié ou micro-entreprise).

La liasse fiscale a plusieurs objectifs et enjeux pour les entreprises. Elle permet de déterminer le montant de l’impôt sur les bénéfices à payer ou à recevoir. Elle sert également de base pour le contrôle fiscal et la vérification des comptes.

Elle constitue enfin un outil de communication et d’analyse financière pour les partenaires de l’entreprise (banques, investisseurs, clients, fournisseurs, etc.).

La préparation de la liasse fiscale nécessite donc une rigueur et une expertise comptable. Elle implique de respecter les règles fiscales en vigueur, de vérifier la cohérence et la fiabilité des données comptables, et de choisir les options fiscales les plus avantageuses pour l’entreprise.

Dans cet article, nous vous donnons quelques conseils pour préparer votre liasse fiscale efficacement et sereinement.

Les différentes étapes de la préparation de la liasse fiscale

L’organisation des documents comptables

La liasse fiscale est un document obligatoire pour les entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés. Elle regroupe l’ensemble des informations comptables et fiscales de l’exercice écoulé. Pour la préparer efficacement, il est indispensable de bien organiser ses documents comptables. Voici quelques conseils pour y parvenir.

  • Classer et vérifier les pièces justificatives : il s’agit des factures, des notes de frais, des relevés bancaires, des contrats, etc. qui attestent des opérations réalisées par l’entreprise. Il faut les classer par ordre chronologique et par nature (achats, ventes, charges, produits, etc.). Il faut également les vérifier pour s’assurer qu’elles sont complètes, conformes et cohérentes avec la comptabilité.
  • Classer et vérifier les journaux et les grands livres : il s’agit des documents qui enregistrent les écritures comptables de l’entreprise. Il faut les classer par type (journal des achats, journal des ventes, journal de banque, etc.) et par date. Il faut également les vérifier pour s’assurer qu’ils sont corrects, équilibrés et rapprochés avec les pièces justificatives.
  • Préparer les états financiers : il s’agit des documents qui synthétisent la situation comptable et financière de l’entreprise. Il faut les établir à partir des journaux et des grands livres. Il s’agit notamment du bilan, du compte de résultat, de l’annexe et du tableau des immobilisations.

En suivant ces étapes, vous pourrez préparer votre liasse fiscale avec plus de facilité et de fiabilité. Vous gagnerez du temps et éviterez les erreurs qui pourraient vous coûter cher en cas de contrôle fiscal.

préparer la liasse fiscale

Le calcul des amortissements

Le calcul des amortissements est une étape essentielle de la préparation de la liasse fiscale. Il permet de déduire du résultat imposable la perte de valeur des immobilisations acquises par l’entreprise. Mais comment déterminer la durée et le mode d’amortissement de chaque immobilisation ? Et comment passer les écritures comptables correspondantes ?

La durée d’amortissement correspond à la durée d’utilisation prévue de l’immobilisation par l’entreprise. Elle dépend de la nature et de la fonction de l’immobilisation, ainsi que des conditions d’exploitation et d’entretien. La durée d’amortissement peut être fixée par des règles fiscales ou par des usages professionnels. Par exemple, un ordinateur est généralement amorti sur 3 ans, une voiture sur 4 ans, un immeuble sur 20 ans.

Le mode d’amortissement correspond à la méthode de calcul de la dépréciation annuelle de l’immobilisation. Il existe deux modes principaux : l’amortissement linéaire et l’amortissement dégressif. L’amortissement linéaire consiste à répartir le coût de l’immobilisation de façon égale sur sa durée d’amortissement. L’amortissement dégressif consiste à appliquer un coefficient multiplicateur au taux linéaire pour accélérer la dépréciation les premières années. L’amortissement dégressif n’est possible que pour certaines immobilisations neuves et sous certaines conditions.

Les écritures comptables relatives aux amortissements sont les suivantes : à chaque clôture d’exercice, on enregistre une dotation aux amortissements au débit du compte 68 (charges d’exploitation) et au crédit du compte 28 (amortissements des immobilisations). On constate ainsi une charge comptable qui diminue le résultat imposable. Par ailleurs, on enregistre une sortie d’immobilisation en cas de cession ou de mise au rebut au débit du compte 28 et au crédit du compte 21 (immobilisations corporelles). On constate ainsi une diminution du patrimoine de l’entreprise.

Les provisions pour charges

Les provisions pour charges sont des sommes que l’entreprise doit mettre de côté pour faire face à des dépenses futures qui sont soit probables, soit certaines mais non encore payées. Elles permettent de respecter le principe de prudence comptable et de rapprocher le résultat fiscal du résultat économique.

Pour évaluer les charges probables ou certaines mais non encore payées, il faut se baser sur des éléments objectifs et vérifiables, tels que des contrats, des factures, des devis, des estimations, etc. Il faut également tenir compte de la date d’exigibilité de la charge et de son montant probable.

Pour comptabiliser les provisions pour charges, il faut enregistrer une écriture au débit du compte 15 “Provisions pour charges” et au crédit du compte 68 “Dotations aux provisions”. Cette écriture diminue le résultat comptable de l’entreprise.

Pour déduire fiscalement les provisions pour charges, il faut respecter certaines conditions :

  • La charge doit être nettement précisée quant à sa nature et à son montant
  • La charge doit être probable et justifiée par un fait générateur antérieur à la clôture de l’exercice
  • La charge doit être comptabilisée dans les comptes annuels approuvés par l’assemblée générale
  • La charge doit être mentionnée dans la liasse fiscale et dans la déclaration de résultat

Si ces conditions sont remplies, les provisions pour charges sont déductibles du résultat fiscal de l’entreprise. Elles doivent être réintégrées dans le résultat fiscal si elles sont annulées ou si elles deviennent sans objet.

Le remplissage des imprimés fiscaux

La liasse fiscale est un ensemble de documents que les entreprises doivent déposer chaque année auprès de l’administration fiscale. Elle permet de déclarer le résultat fiscal de l’entreprise et de calculer le montant de l’impôt sur les bénéfices.

Parmi les documents qui composent la liasse fiscale, il y a les imprimés fiscaux, qui sont des formulaires pré-remplis par l’administration fiscale à partir des données comptables de l’entreprise. Ces imprimés fiscaux doivent être vérifiés, complétés et signés par le représentant légal de l’entreprise ou par son expert-comptable.

Le remplissage des imprimés fiscaux nécessite de respecter certaines règles et de choisir les formulaires adaptés à son régime d’imposition. En effet, il existe différents régimes d’imposition selon la taille, la forme juridique et l’activité de l’entreprise.

Par exemple, les entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés (IS) doivent remplir la liasse fiscale n°2065 et ses annexes, tandis que les entreprises soumises à l’impôt sur le revenu (IR) doivent remplir la liasse fiscale n°2031 et ses annexes. Il est donc important de se renseigner sur le régime d’imposition applicable à son entreprise avant de remplir les imprimés fiscaux.

Pour renseigner les informations demandées dans les imprimés fiscaux, il faut se référer aux comptes annuels de l’entreprise, qui sont établis à partir de la comptabilité générale. Les comptes annuels comprennent le bilan, le compte de résultat et l’annexe. Le bilan présente la situation financière de l’entreprise à la clôture de l’exercice, en distinguant les actifs (ce que possède l’entreprise) et les passifs (ce que doit l’entreprise). Le compte de résultat retrace le détail des produits (ce que gagne l’entreprise) et des charges (ce que dépense l’entreprise) de l’exercice.

L’annexe complète et commente les informations du bilan et du compte de résultat. Les informations contenues dans les comptes annuels doivent être reportées dans les imprimés fiscaux correspondants, en respectant le plan comptable général.

Enfin, pour joindre les annexes nécessaires aux imprimés fiscaux, il faut tenir compte des spécificités de son entreprise et des obligations légales. Les annexes sont des documents complémentaires qui fournissent des informations détaillées ou explicatives sur certains éléments du résultat fiscal ou du patrimoine de l’entreprise.

Par exemple, il faut joindre une annexe si l’entreprise a bénéficié d’un crédit d’impôt, si elle a réalisé des opérations avec des pays étrangers, si elle a subi des déficits ou des plus-values, etc. Les annexes doivent être numérotées et référencées dans les imprimés fiscaux principaux.

Le remplissage des imprimés fiscaux est une étape essentielle pour préparer sa liasse fiscale. Il faut être rigoureux, précis et conforme aux règles fiscales en vigueur. Il est conseillé de se faire accompagner par un professionnel du chiffre, qui pourra vérifier la cohérence et la fiabilité des informations déclarées.

liasse fiscale

Les erreurs courantes à éviter

La liasse fiscale est un document obligatoire pour toute entreprise soumise à l’impôt sur les sociétés ou à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux. Elle regroupe l’ensemble des déclarations fiscales relatives au résultat de l’exercice comptable. Il est donc essentiel de la préparer avec soin et rigueur, en évitant les erreurs courantes qui pourraient entraîner des redressements ou des pénalités.

Parmi ces erreurs, on peut citer la confusion entre les règles comptables et fiscales. En effet, il ne faut pas confondre les principes généralement admis en comptabilité (PGC) et les dispositions spécifiques du code général des impôts (CGI). Les PGC sont des normes communes à toutes les entreprises, qui visent à assurer la sincérité, la fiabilité et la comparabilité des comptes.

Le CGI, quant à lui, fixe les règles d’imposition des bénéfices, qui peuvent différer des règles comptables. Par exemple, certaines charges déductibles en comptabilité ne le sont pas fiscalement, et inversement. Il faut donc procéder à des réintégrations ou à des déductions extra-comptables pour déterminer le résultat fiscal.

Une autre erreur fréquente est l’omission ou la double comptabilisation de certaines opérations. Il est important de s’assurer de la cohérence et de l’exhaustivité des écritures comptables, en vérifiant notamment les rapprochements bancaires, les factures fournisseurs et clients, les immobilisations, les stocks, etc. Il faut également éviter les doublons ou les oublis, qui peuvent fausser le résultat comptable et fiscal. Par exemple, il ne faut pas oublier de comptabiliser les produits constatés d’avance ou les charges à payer, ni de compter deux fois une même opération.

Enfin, il faut respecter les délais et les modalités de dépôt de la liasse fiscale. Selon la date de clôture de l’exercice comptable, il existe des dates limites de dépôt de la liasse fiscale, qui sont généralement fixées au deuxième jour ouvré suivant le 1er mai pour les entreprises clôturant au 31 décembre, et au deuxième jour ouvré suivant le 1er novembre pour les entreprises clôturant au 30 juin.

Il faut également choisir le mode de transmission le plus adapté : la liasse fiscale peut être déposée en version papier ou en version électronique. La version électronique est obligatoire pour les entreprises dont le chiffre d’affaires dépasse un certain seuil, et présente des avantages en termes de simplicité et de sécurité.

En conclusion, la préparation de la liasse fiscale nécessite une bonne connaissance des règles comptables et fiscales, ainsi qu’une vigilance accrue sur la qualité et la fiabilité des données comptables. Il faut également respecter les obligations déclaratives en termes de délais et de modalités. En cas de doute ou de difficulté, il est conseillé de faire appel à un expert-comptable ou à un conseil fiscal.

Les avantages de faire appel à un expert-comptable

La liasse fiscale est un document obligatoire pour toute entreprise soumise à l’impôt sur les sociétés ou à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux. Elle regroupe l’ensemble des déclarations fiscales et des annexes à transmettre à l’administration chaque année. Sa préparation requiert une connaissance approfondie des règles comptables et fiscales, ainsi qu’une rigueur et une précision sans faille.

C’est pourquoi il est vivement conseillé de faire appel à un expert-comptable pour s’assurer de la conformité et de l’optimisation de sa liasse fiscale. Voici les principaux avantages de recourir à ce professionnel :

  • La garantie d’une liasse fiscale conforme et optimisée : en faisant appel à un expert-comptable, vous bénéficiez du savoir-faire et de l’expérience d’un professionnel qualifié, qui maîtrise les normes comptables et fiscales en vigueur, ainsi que les évolutions législatives et réglementaires. Il saura vous conseiller sur les choix fiscaux les plus adaptés à votre situation, en tenant compte de votre secteur d’activité, de votre forme juridique, de votre régime d’imposition, etc. Il pourra également vous faire profiter des dispositifs de réduction ou de crédit d’impôt auxquels vous pouvez prétendre, en fonction de vos investissements, de vos dépenses de recherche, de votre politique sociale, etc. Ainsi, vous optimisez votre charge fiscale tout en respectant vos obligations déclaratives.
  • La sécurisation du contrôle fiscal : en faisant appel à un expert-comptable, vous réduisez les risques de redressement ou de pénalités en cas de contrôle fiscal. En effet, l’expert-comptable vérifie la cohérence et la fiabilité des informations contenues dans votre liasse fiscale, et s’assure qu’elle est conforme aux règles comptables et fiscales applicables. Il peut également vous assister en cas de vérification de comptabilité ou d’examen de situation fiscale personnelle, en vous représentant auprès de l’administration fiscale, en répondant aux demandes d’information ou de justification, et en négociant éventuellement les rectifications proposées. Ainsi, vous sécurisez votre situation fiscale et vous évitez les mauvaises surprises.
  • La simplification de la gestion administrative : en faisant appel à un expert-comptable, vous gagnez du temps et de l’argent dans la préparation de votre liasse fiscale. En effet, l’expert-comptable se charge de collecter les pièces justificatives nécessaires, de réaliser les calculs et les écritures comptables appropriés, et de remplir les formulaires et les annexes requis. Il s’occupe également de la transmission électronique de votre liasse fiscale aux services fiscaux compétents, dans les délais impartis. Ainsi, vous simplifiez votre gestion administrative et vous vous concentrez sur votre cœur de métier.

Articles connexes

Quels Sont les Frais Remboursables pour un Gérant ? Décryptage et Conseils
22 février 2024
Piste d'Audit Fiable : Clé de la Conformité et méthodologie
15 février 2024
Régime des Bénéfices Non-Commerciaux (BNC) : Guide Complet
21 décembre 2023

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Close Popup
Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Les cookies opérationnels sont utilisés pour fournir nos services et ne peuvent pas être désactivés pour ces finalités. Nous utilisons des cookies pour fournir nos services pour par exemple : Vous reconnaître lorsque vous vous connectez pour utiliser nos services. Vous reconnaître en tant que client et vous proposer d’autres fonctionnalités et services personnalisés. Afficher des fonctionnalités, des produits et des services qui pourraient vous intéresser. Conserver le suivi des éléments enregistrés dans votre panier. Prévenir les activités frauduleuses. Améliorer la sécurité. Assurer le suivi de vos préférences, comme celles sur la devise et la langue. Nous utilisons également des cookies pour comprendre comment les clients utilisent nos services afin de pouvoir apporter des améliorations.

Cookies analytiques
  • bcookie
  • li_gc
  • lidc
  • ln_or
  • UserMatchHistory
  • AnalyticsSyncHistory

Cookies techniques
  • isExternal
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_gdpr_cookies_declined
  • wordpress_gdpr_cookies_allowed
  • wordpress_gdpr_allowed_services
  • PHPSESSID

Refuser tous les services
Save
Accepter tous les services
Cookies
Open Privacy settings